Harry Québert

A New-York, au printemps 2008, alors que l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.

Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Québert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d'avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abondonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les évènements : l'enquête s'enfonce  et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d'écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? (4ème de couverture - extrait)


J'ai acheté ce livre,  Grand Prix du Roman de l'Académie Française et 25ème Prix Goncourt des Lycéens, sur les conseils d'amis qui connaissent ma passion de la lecture, et qui en avaient entendu parler dans les médias. Le problème c'est que je suis passée sans transition de la lecture de Freedom de Jonathan Franzen (auteur que j'apprécie vraiment toujours plus à chaque parution) à la Vérité sur Harry Québert, et là j'avoue avoir eu beaucoup de mal à m'accrocher à ce récit dont l'écriture m'a parue dépouillée et sans relief, en dépit des distinctions que le couronnent. Ensuite l'intrigue m'a semblé trainer en longueur, aucun des nombreux personnages du récit n'échappe à la suspicion ce qui permet effectivement de construire un bouquin aussi touffu, commande d'éditeur sans doute ! Quoiqu'il en soit il m'est très difficile d'abandonner un livre en cours de lecture, je suis donc allée jusqu'à la dernière page mais comme de nombreux blogueurs, je ne pense pas que cette lecture me restera en mémoire. Et vous qu'en pensez vous ?